Plan d’Action Régional Nitrates. Propositions des ONG environnementales

La « Directive Nitrates » européenne se décline au niveau de chaque état en plan d’action national (PAN) fixant les grandes lignes et grandes mesures à mettre en place pour appliquer cette directive. Un plan d’action régional (PAR) vient renforcer le plan d’action national. Une consultation du public est organisée pour la révision de ce PAR. Chacun peut s’exprimer via ce lien: participation-par-nitrates-bfc@developpement-durable.gouv.fr

Les ONG environnementales régionales suivantes ont fait leur proposition au préfet de région: ANPER-TOS (Association nationale pour la protection de l’Eau et des Rivières anciennement TOS (Truite ombre saumon)), CPEPESC (Commission de Protection des Eaux), Collectif SOS LRC (Collectif SOS Loue et Rivières comtoises), Fédé 25 et Fédé 39 (Fédération de Pêche du Doubs et du Jura)
Le texte complet est disponible ici: Révision PAR BFC déposition des ONG

Les autres contributions transmises au préfet:
Dégradation de la qualité des eaux du Doubs 2017
Un hiver en Comté…

Dans un contexte de grande dégradation des milieux naturels et des rivières en particulier et d’un détricotage méticuleux du Droit de l’Environnement sur fond de pression des lobbys agricoles et agroindustriels, il pourrait être tentant de considérer cette consultation comme un nouveau trompe l’oeil qui serait plus une mascarade de consultation alors que tout est déjà ficelé d’avance. C’est sans doute en partie vrai.

Néanmoins des départements comme le Jura, le Doubs et le Territoire de Belfort sont désormais classés en zones sensibles ce qui est un levier pour agir. En Bretagne, où les progrès sont loin d’être uniformes, on assiste dans certaines zones à une meilleure maîtrise des fuites azotées vers les rivières et les côtes. On peut donc saisir cette opportunité et tenter d’y voir un verre à moitié plein dans un contexte d’assèchement généralisé!

Les ONG saisissent cette opportunité pour rappeler certaines réalités de terrain: absence d’amélioration de l’état des rivières comtoises, grands discours officiels peu suivis d’actes sur le terrain, forts excédents structurels en azote et phosphore liés au productivisme agricole même en zone comté. Les ONG dont FNE FC et le Collectif SOS LRC rappellent certains principes : nécessité d’un volet « eaux domestiques » fortement pourvoyeuses de rejets aigus ou chroniques dans le milieu, gestion ferme par ferme de leur effluent et de la saturation des sols en nitrates et phosphore de façon à organiser au besoin des exportations d’effluents vers des zones déficitaires.

Un rappel des conséquences de l’ammoniac sur la santé humaine ici: Elevages-Ammoniac-Particules-fines-Santé-final1 (1)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Je veux rester informé !

Pour recevoir les informations du collectif SOS Loue et Rivières Comtoises

Subscribe!