Pertes du Doubs: 1ers résultats des traçages à la fluorescéine

Est Républicain du 15 novembre

Cet article de l’Est (voir fin d’article) est assez exhaustif sur les résultats des traçages des pertes du Doubs en aval de Pontarlier.

Il y a 2 zones de pertes bien différentes pourtant situées à quelques kilomètres l’une de l’autre. C’est la magie du karst mais pas entièrement une surprise au vu des constats de cet été sur le terrain. Donc 2 zones:

  • des pertes amont côté Arçon qui vont vers la Loue
  • des pertes aval côté Montbenoît qui ressortent un petit peu en aval dans le … Doubs!!!

Au final des résultats cohérents avec ce que l’on pouvait supposer. Par contre l’eau ressort et ne semble donc pas se stocker en tout cas en totalité dans de grandes cavités souterraines. Par contre près de 3 semaines de cheminement souterrain. D’autres traçages seraient nécessaires en hautes eaux car la répartition est peut-être différente. Mais cela ne changera pas grand chose car une chose est sûre, ces pertes sont inéluctables, la capture du Doubs supérieur par la Loue aussi et le bétonnage est illusoire.

Il faut surtout réfléchir à nos approvisionnement et consommation d’eau sur ce secteur qui se répartissent essentiellement entre consommation domestique et agriculture.

2 commentaires sur “Pertes du Doubs: 1ers résultats des traçages à la fluorescéine”

  1. Ok pour savoir où passe l’eau du Doubs. Mais j’aimerais bien savoir où est passée l’eau qui n’est plus dans le Doubs ?
    Pour que l’eau passe dans la Loue et dans le Doubs en aval de Pontarlier, il faut qu’il y est de l’eau, mais il n’y a plus d’eau du tout; Quel en est la raison ?

  2. rien de nouveau, je recopierai le message suivant autant de fois qu’il le faudra :
    INVENTAIRE DES CIRCULATIONS SOUTERRAINES RECONNUES PAR TRAÇAGE EN FRANCHE-COMTÉ (1987) : Traçage No. D15, Fournier 1913 : pertes au Barrage d’Arçon en 1872 (5 tonnes de sel), altitude 803m, RÉAPPARITION à LES COMBES à la « Source Bleue » (lit du Doubs) située à 12 km du lieu d’injection, altitude 760m, vitesse estimée environ 400m/h … les pertes du Doubs « amont » qui réapparaissent dans le Doubs « aval » sont donc connues dès le XIXè siècle … tous les spécialistes de la région sont censés savoir cela … Donc, ces pertes ne sont pas apparues lors des crues du printemps 2018 … Pour démontrer cela il faudrait prouver que le débit des pertes a augmenté !! Tout le reste est du bla-bla mensonger !!
    et un ami géologie et spéléologue me répond : « Tout à fait exact ! C’est loin d être un scoop … intox … Et nous nous baladons dans le Karst noyé sous le niveau du Doubs depuis près de 30 ans !!
    86 m de profondeur au Pont du Diable, 43 m à la grotte de Remonot, 60 m à la Cheminée … etc

    une fois de plus, ne serait-ce pas le poids des notables locaux qui conduira à ube fausse interprétation de l’assec du Doubs et donc conduira à de mauvaises réponses ?? L’avenir le dira !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.