À la « claire » fontaine d’Ornans

Ornans – Fontaine aux Vipères – Mars 2020

A l’époque de Courbet, cette fontaine servait aux habitants d’Ornans pour leurs usages quotidiens et leurs lessives. Si aujourd’hui les habitants revenaient autour de cette fontaine, non seulement ils ne la boiraient pas mais n’y tremperaient même pas leur linge tant l’eau est répugnante. De nos jours, à quelques kilomètres de là, cette eau sert pourtant à l’alimentation en eau potable des habitants de la vallée ! A votre santé !

Autant d’algues = Eutrophisation

Cette fontaine est le parfait exemple de la pollution des eaux appelée « eutrophisation » causée par un excès de nutriments. Le débit de la source est bon, donc il n’y a pas de stagnation dans le bassin qui avait été nettoyé l’automne dernier, et l’eau est très fraîche. Les algues sont apparues  le 20 mars et se développent rapidement grâce à un ensoleillement favorable. 

Il ne s’agit pas d’un acte de pollution mais du résultat très visible de l’état de charge minérale de l’eau de cette source bien connue des habitants d’Ornans.

85% de l’azote et 50% du phosphore viennent de l’agriculture des plateaux. Cette pollution peut causer en été la mort de tous les organismes vivants par manque d’oxygène dissout (stade de « dystrophie »)

Résultat du « produire toujours plus »

Les quatre AOP fromagères des plateaux comtois veulent produire toujours plus et développer de nouveaux marchés, dont la Chine, alors que la production de lait était 2010 déjà en  situation d’excédents structurels de matières organiques produites (fumiers, lisiers, déjections en pâtures), le tout aggravé par le recours aux engrais chimiques.

Avec l’avancement dans la saison ce seront nos rivières et notre ressource en eau qui seront impactées.

Un impact peu visible pour l’oeil non averti mais réel

Cette image d’une source qui fut jadis potable, montre l’état des eaux qui s’écoulent vers la vallée de la Loue. Cela peut évoluer rapidement vers des fonds de la rivière recouverts d’un tapis vert d’algues qui rend le substrat anoxique et donc abiotique.   

L’état de l’eau potable distribuée aux habitants devient préoccupant.

Il ne faudra pas s’étonner de l’apparition de nouvelles maladies qui touchent aujourd’hui les poissons, mais peut-être demain les humains, avec des rivières incapables de digérer les charges polluantes, dont les rejets de stations d’épuration !


Puisque vous êtes ici… nous voudrions vous rappelez que la crise que connaît nos rivières est toujours présente. 10 après les premières mortalités, cette crise ne bénéficie pas d’une prise de conscience suffisante à la hauteur de l’enjeu. Nous ne parlons pas que de poissons mais aussi de notre bien commun à tous : l’eau ! Le collectif SOS LRC s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu. Pour cela, nous avons besoin de votre soutien.  Même pour 1 €, vous pouvez SOUTENIR le collectif SOS LRC — et cela ne prend qu’une minute, en cliquant ICI. Merci.

3 commentaires sur “À la « claire » fontaine d’Ornans”

  1. Mais non !
    Il est bien connu que l’agriculture actuelle ne pollue pas les sources…
    Il vous suffit de demander à la chambre d’agriculture (donc à la FNSEA).
    Il vous expliqueront qu’agriculteur n’est pas pollueur.
    LOL !

  2. Il faudrait mobiliser le maximum de citoyen et faire pression sur les fruitières ! Ce constat est sans appel et ne.dois pas attendre après la.chambre d agriculture ou la fnsea ils bottent en touche à chaque fois….la mobilisation citoyenne devrait exiger de la part des élus locaux des engagements fermes sur ce sujet vital de l’ Eau !
    En avez vous parle à Christophe Lime à Besançon ? Bien à vous, Jérôme un citoyen de Saône engagé

Répondre à Daniel Méthot Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.