TRUITES DU CUSANCIN

Parmi toutes les rivières emblématiques Franc-comtoise, le Cusancin est certainement une des plus malades car en plus des atteintes traditionnelles (pollutions agricoles, sylvicoles, industrielles et déficit d’assainissement), elle souffre de la présence de 2 piscicultures industrielles (une située à la source à Cusance, l’autre un peu plus bas dans la vallée à Guillon-les-bains).

Les biomasses : un indicateur

Les dernières données concernant les biomasses globales de poissons à l’amont de Guillon-les-bains sont d’environ 200 kg/hectare pour un potentiel de 450 kg/hectare sur ce type de cours d’eau, les populations d’ombres sur ce secteur ont été décimées avec la présence de quelques individus seulement.   

A l’aval de Pont-les-moulins, la biomasse globale s’effondre avec des chiffres inquiétants de 60 kg/hectares, là aussi la population d’ombres est réduite à quelques individus. 

L’impact des piscicultures

Le collectif SOS/LRC a déjà souligné l’impact de ces piscicultures sur les rivières et a inscrit dans ses 74 propositions une obligation de traitement des eaux de sortie avant rejet dans le milieu naturel.

Une récente étude réalisée sur le Doubs Suisse a montré un pic important de présences d’antibiotiques dans la rivière à l’aval de ce type d’établissement.

Ajouté à ces molécules, les poissons confinés, souffrent de la présence de bactéries et sont soumis bien souvent des pics de maladie dont la saprolégnia.

« Truites du Cusancin »

Ces quelques explications montrent l’incohérence de la communication vers le grand public. Récemment un supermarché local a mis en lumière dans sa publicité la vente de « truites du Cusancin » comme un label de qualité alors que cette commercialisation cache l’état lamentable de cette rivière dont ces truites arc-en-ciel sont un élément factoriel et important concernant la diminution des poissons sauvages. 

Le collectif SOS/LRC dénonce l’utilisation de cette appellation trompeuse et demande d’urgence, si ce n’est fait, l’installation de filtres UV à la sortie de ces établissements piscicoles.


Puisque vous êtes ici… nous avons un message pour vous ! Les rivières comtoises meurent en silence, nous devons réagir. Le collectif SOS LRC s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu. Pour cela, nous avons besoin de votre soutien.  Même pour 1 €, vous pouvez SOUTENIR ou adhérer au collectif SOS LRC en cliquant ICI. Merci.

3 commentaires sur “TRUITES DU CUSANCIN”

  1. Désespérant !
    Un des derniers petits paradis est en train de disparaître.
    « De mon temps », avec le Dessoubre et la Loue, cette petite vallée cachée était le symbole d’un petit paradis végétal.
    Et je ne parle pas de mon ruisseau le Gland qui recélait moultes aiguillettes, ablettes, baous (poissons chat) et évidemment truites … fario.
    Sans parler des libellules, serpents, lézards et oiseaux de rivière.
    Seule une personne ayant vu pendant plus de cinquante année cette triste récession peut témoigner de cette catastrophe.
    L’envie de disparaître nous saisit tout à coup…
    Les jeunes peuvent difficilement comprendre cela car leur notion d’espace-temps est encore trop réduite.
    Jusque dans les années 60 c’était encore négligeable. Mais ensuite la dégradation a été exponentielle.
    Si seulement la pandémie qui nous frappe pouvait changer nos comportements.
    Mais j’en doute fortement.
    Daniel
    74 « balais » mais 100% bio et garanti sans OGM.
    Donc encore en pleine forme pour m’insurger.

  2. bonjour à tous !
    excellent constat que cette rapide descente aux enfers nous sommes tous responsables car tous consommateurs et tous des électeurs qui n’avons pas voulu ou compris que les lobby financiers et l’agro business ont réussi la performance d’une destruction criminelle de nos biotopes!!
    la solution sera face à la croyance de certains coupables en leur impunité d’agir dans un premier temps en justice pour crime contre l’humanité! la seconde étape je laisse chacun juge! quel avenir pour les générations futures?
    j’ai vraiment un souvenir ému de ces merveilleuses rivières de Franche Comté et de ces belles soirées au coup de soir sur le Dessoubre du temps ou patrick Talbot tenait encore l’auberge de Moricemaison!!
    en attendant le prochain virus qui risque vraiment de nous faire comprendre que nous sommes bien fragiles et si mortels!!

  3. Bonjour, je suis très attaché à cette rivière ou je pêche depuis 53 ans.il y a 6 ans j’ai envoyé des lettres recommandées à tous les maires de la vallée du Cusancin pour dénoncer le manque total d’assainissement , stations d’épuration..je n’ai eu aucune réponse.seul le député Eric Alauzet m’a informé suivre ce problème.et depuis le néant.et surtout le président actuel ne parle jamais aux diverses réunions de ce scandale ni d’ailleurs de la pollution produite par les 2 piscicultures.c’est lamentable de ne rien faire.

Répondre à METHOT Daniel Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.