Bienne, nouvelles mortalités piscicoles.

Ce joyau du Jura, déjà durement touché en 2012, est à nouveau frappé, sur son même secteur aval, par des mortalités piscicoles très importantes alors même que les eaux hautes empêchent sans doute de constater la véritable étendue des dégâts.

C’est Nicolas Germain, personnalité des rivières jurassiennes et une des vigies de la Bienne, qui nous en informe sur son blog:

http://www.nicolas39-peche-mouche.com/index.php?post/La-Bienne-de-nouveau-a-l-agonie

Pour résumer:

La Bienne a subi de nombreuses pollutions par le passé, les plus visibles et récentes en 2012 avaient donné lieu à un rassemblement de protestation important à Jeurre. Des promesses avaient alors été faites, en pleine période électorale…

En aval de Saint Claude, la Bienne a subi par le passé des extractions de granulats qui l’ont fragilisée. Actuellement c’est surtout  des problèmes de rejets industriels et domestiques de cette ville qui posent problème. Les rejets industriels toxiques ont fortement impactés le début de chaîne alimentaire (les invertébrés) notamment par le passé. Côté eaux usées les problèmes sont criants: il persiste de graves dysfonctionnements dans l’épuration des eaux usées surtout du côté des réseaux de cette ville de 12000 habitants qui présente une forte déclivité (pompes de relevage ….) et une forte pluviométrie (déversoirs d’orages…). A noter aussi un barrage à l’aval de Saint Claude qui provoque des marnages et stocke des polluants dans ces boues entre les vidanges…

Pour le coup, si sur certaines rivières du Doubs, c’est bien la problématique agricole qui prédomine, ici les pratiques agricoles, bien qu’impactantes, ne sont sans doute pas le problème principal.

Sur toutes nos rivières comtoises, on voit l’importance d’une analyse au cas par cas: elles présentent toutes la même sensibilité aux pollutions du fait de leur caractère karstique, mais chacune, selon son secteur, est impactée par des pollutions différentes .

Le Collectif SOS LRC ne peut que déplorer que les promesses faites en 2012 soient restées des promesses!

Les problématiques liées aux eaux usées et industriels sont localisées, souvent identifiées et les solutions techniques existent. Il n’y a donc pas besoin d’une révolution des pratiques pour obtenir des avancées. Cet état de fait est lamentable. 

Pour rappel des pollutions passées mais très récentes, cliquer sur ce lien ou ce ce lien.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.