Jura : la police de l’environnement victime d’intimidations de la part d’agriculteurs

Un nouvelle action d’intimidation de la police de l’environnement par des représentants d’agriculteurs a eu lieu ce lundi 29 juin à la Marre dans le Jura.

10 jours avant en Côte d’or

Le 18 juin dernier, nous ne ne pouvions déjà que nous indigner de l’action (voir vidéo ci-dessous) de la FDSEA 21, accompagnée des Jeunes Agriculteurs (JA) et de la Chambre d’agriculture du même département. L’OFB (Office Français de la Biodiversité) qui agit en tant que police de l’environnement, avait ouvertement et très clairement été comparée à la GESTAPO par les représentants des agriculteurs ! Sans parler de la dégradation induite par la construction de plusieurs murs en parpaings. Il y avait déjà de quoi être choqué. Les médias n’ont que très peu relayé cette information. Antoine Carré, président des Jeunes Agriculteurs de Côte-d’Or, cité dans cet article d’Infos Dijon allait très loin affirmant  » On va rompre le dialogue et si ça continue, on passera vraiment à l’acte » !

Nouvel acte d’intimidation : dans le Jura cette fois

Après cette action qui marquera certainement durablement la police de l’environnement, de plus en plus empêchée de faire son travail, une nouvelle action d’intimidation de la part des agriculteurs a eu lieu ce lundi 29 juin, dans le Jura cette fois. Et c’est la FDSEA du Jura qui s’en fait l’écho sur sa page Facebook. Voir vidéo ci-dessous.

Les faits sont également relatés dans cet article de la Voix du Jura. Le parti pris par le journaliste dans cet article, qui ne laisse aucune place à la parole de l’OFB, est hallucinant de complaisance envers des pratiques inacceptables d’intimidation de l’autorité publique et il oublie le principal : le rappel des faits !

Rappel des faits et du contexte

Fin 2018, un agriculteur a réalisé des travaux au casse-caillou sur une surface de 2 hectares sur la commune de La Marre (39). Dans le cadre de l’enquête diligentée et vu que le casse-caillou impliqué avait DÉJÀ servi dans d’autres affaires d’atteintes à l’environnement, la substitut du parquet de Lons-le-Saunier en charge des dossiers de l’environnement a demandé la saisie du casse-caillou concerné.

Un rendez-vous a donc été pris avec l’auteur pour procéder à la mise sous scellés de l’engin. Sauf qu’à l’arrivée des agents de l’OFB et des forces de gendarmerie, c’est tout un comité d’accueil qui les attendait. Pas moins d’une centaine (jusqu’à 130 selon certains chiffres) d’agriculteurs, auxquels s’est jointe la sénatrice Mme Sylvie VERMEILLET, se sont rassemblés pour s’opposer à la mise sous scellés. 

On notera sur la vidéo partagée plus haut que l’auteur présumé des faits, interrogé par un agent a précisé de son côté qu’il ne s’y opposait pas. En revanche, le représentant des agriculteur qui prend la parole ici, M. Christophe BUCHET, président de la FDSEA du Jura, a formellement indiqué qu’il s’opposait à la mise sous scellés.

Impunité et soutien politique ?

Il s’agit ici non seulement d’un exemple flagrant de l’impunité dont bénéficie une certaine catégorie d’agriculteurs mais également d’une intimidation supplémentaire que devrons porter les salariés de l’OFB, qu’on empêche tout bonnement de réaliser leur travail ! Ces derniers doivent être soutenus par le monde politique et par delà, par tous les citoyens !

On attend désormais de voir ce que décidera le procureur de Lons-le-Saunier confronté à un obstacle manifeste faite aux dépositaires de l’autorité publique.


Puisque vous êtes ici…, le collectif SOS Loue et Rivières Comtoises a besoin de moyens pour pouvoir réaliser ses actions et pour vous tenir informés.  Cliquez ici pour nous SOUTENIR — cela ne prend qu’une minuteOn a besoin de vous ! Merci !

3 commentaires sur “Jura : la police de l’environnement victime d’intimidations de la part d’agriculteurs”

  1. La coupe est pleine !
    Non contente de noyauter les chambres d’agriculture et l’enseignement agricole, la FNSEA, qui bénéficie aussi de forts soutiens au sein même du ministère adopte des attitudes qui s’apparentent à celles des cartels colombiens de la drogue.
    Quitte à comparer l’OFB à la Gestapo (preuve d’ailleurs que ces jeunes écervelés ne connaissent guère l’histoire…) je vais donc me permettre cette comparaison avec les organisations mafieuses !

    Je note par ailleurs que la confédération paysanne, qui est le vrai défenseur des paysans (preuve qu’une autre agriculture est possible) n’intervient jamais aussi violemment.
    En particulier ce ne sont pas eux qui déversent des tombereaux de fumier devant les préfectures.

    Déjà que nous payons LEUR pollution…

    1. Il faudrait créer une cellule DEMETER mais fichant les agriculteurs cette fois, comme les pouvoirs publics l’ont fait pour les défenseurs de l’environnement.

    2. Honteux! Et ils sont soutenus par le pouvoir. Y aura-t-il des suites? On en doute. Cette catégorie sociale est intouchable. La Terre nourricière, réminiscence du sein maternel, sans doute un symbole bien ancré au tréfonds de l’âme humaine. C’est elle qui nous nourrit, voyons, et parfois nous empoisonne avec des produits dangereux , mais nécessaires, disent-ils. . Quand les agriculteurs manifestent , c’est rarement pour demander davantage de soutien pour une reconversion en bio, mais pour des intérêts plus immédiats. Alors, ces menaces …affaire classée sans suite?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.