Bonne nouvelle pour le Dessoubre

Revue de Presse : Hebdo 25 ==> Haut-Doubs. Pays de Maîche. Effacement des seuils sur le Dessoubre

Bonne nouvelle pour le Dessoubre avec ces travaux d’effacement des seuils.
L’argumentaire cité dans l’article est bien étayé, on peut simplement y ajouter que ces effacements sont un des éléments importants pour regagner de la biodiversité aquatique, éviter le réchauffement de l’eau et limiter les développements algaux. Bien entendu cela doit être associé à la reconquête de la qualité de l’eau mais les 2 sont indispensables.

Nous souhaitons vivement que d’autres actions du même type soient aussi appliquées sur le département et principalement sur les seuils du Theusseret et du moulin du plain sur le Doubs Franco-Suisse.

Bien entendu ces travaux ont été rendus possible grâce à l’investissement de la fédération de pêche, du syndicat mixte du Dessoubre, aux élus et principalement à Serge Cagnon qui ont su dans un contexte difficile trouver les financements et convaincre tous les usagers de cette rivières.

Le collectif SOS Loue et Rivières Comtoises a également été associé au groupe de travail ce qui prouve que l’on peut avancer tous ensemble sur de nombreux sujets.     

3 commentaires sur “Bonne nouvelle pour le Dessoubre”

  1. Afin de répondre aux interrogations de certains commentaires, vous pouvez prendre contact avec le Syndicat du Dessoubre qui pourra vous expliquer les impacts des seuils sur les rivières et vous communiquer les études locales prouvant les impacts des ouvrages sur les rivières locales.

  2. …Et justement , ..en terme de « reconquête de la qualité de l’eau »…Où en sont tous les « points noirs » parfaitement inventoriés par le collectif (Bruno HAETTEL et Benjamin GROSJEAN) sur les villages du bassin versant?……. Combien de rejets directs de lisier humain ont-ils déjà été réglés efficacement?…Et les autres ont-ils été planifiés?…. Le Syndicat mixte du Dessoubre se charge – t-il de coordonner toutes ces actions , comme cela avait été envisagé?
    Les élus du Syndicat ont-ils également réuni et informé les agriculteurs pour les motiver …(en donnant justement l’exemple des actions déjà réalisées dans les communes)…pour créer une vraie dynamique de bassin?….. Si c’est le cas , voilà la vraie  » bonne nouvelle » que j’attendais EN PRIORITE pour le Dessoubre!

    Quant à la réduction d’impacts de certains ouvrages ( qui s’effaceraient de toutes façons gratuitement avec le temps…) , ce sont (en plus de ce qui a été dit) des opérations très délicates en terme d’intégration écologique (restauration des abris sous berge qui vont se retrouver « hors d’eau » , et recréation d’habitats de pleine eau et d’une bonne diversité des profondeurs et des lames d’eau…)…et tout cela génère , pour l’instant , plus d’inquiétudes que de réjouissances….

    ….Vraiment dommage que les truites ne puissent pas donner leur avis!

     » Les leviers physiques , qui visent à diminuer le temps de résidence de l’eau et à destratifier la colonne d’eau …sont des approches coûteuses ….qui peuvent simplement aider à réguler un symptôme , au cas par cas , sur des petites surfaces spatiales.
    Les actions de maîtrise des flux provenant des bassins versants sont (par contre) indispensables ».
    extrait de l’expertise scientifique collective internationale (2017) sur ‘L’EUTROPHISATION »

  3. Soyons réalistes ,le  » grand bond  » en arrière vers une nature retrouvée n’aura pas lieu ,la reconquête
    d’un milieu sain se fera par une politique de  » petits pas » qui demandera beaucoup de constance et
    d’efforts.
    vos commentaires (très intéressants) soulèvent la question suivante :
     » commence -t- on par le bon bout ?  »
    Et sa réponse : »l’important ,c’est de commencer « 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.