La marée noire de la Loue

Nous recevons régulièrement des photos de nos sentinelles. Et nous les en remercions. Nous ne les publions pas toutes mais ce soir, nous aimerions revenir sur ces photos prises il y a quelques jours sur la Loue à Port-Lesney. Le fond de l’eau est noir et gluant. Le photographe s’inquiète et nous demande des renseignement. Voir les 2 photos ci-dessous.

Que voit-on sur ces photos ?

Pour JP Herold, contributeur actif du collectif, pas de doute, ce sont des bactéries filamenteuses et cyanophycées qui forment un film gluant et glissant couvrant les galets : c’est la résultante des excès de phosphore et d’azote en période d’eaux basses et d’ensoleillement important.

Les crues du mois d’octobre, de 20 à 200 m3/s le 28 octobre dans la Loue à Chenecey , ont éliminé en partie les algues Cladophora et Vaucheria et les renoncules aquatiques, et laissé les substrats disponibles à d’autres espèces envahissantes

Les causes sont-elles connues ?

C’est le signe d’une pollution systémique, récurrente et irréversible tant que les effluents du productivisme intensif dominera le paysage agricole régional.

Il fut un temps que les moins de 20 ans ne connaîtront peut-être plus, si on ne s’en donne pas les moyens, un temps où la Loue à Port Lesney abritaient des truites et des ombres en nombre important sur des fonds propres, des gravières blondes et des nassis riches en mousses Fontinalis, abris de très nombreux invertébrés, larves d’éphémères, trichoptères et plécoptères.


Vous aussi, devenez sentinelles de vos rivières. Envoyez nous vos photos pour les compiler sur notre carte. info@soslrc.com ou sur Facebook

2 commentaires sur “La marée noire de la Loue”

  1. Bonsoir, Cela ressemble en effet à des filamenteuses. Peut-être Sphaerotilus natans. À voir en fonction des filasses engendrées. Le manque d’eau y est fort pour beaucoup. Nous allons de notre côté épurer le mieux possible les eaux usées. On tient tous à nos précieux cours d’eau source de Vie. Très bonnes salutations, David Rietsch

  2. c’est bien pire dans la partie aval des rivières du Jura…
    que ce soit sur le Doubs où la Loue…
    malheureusement vous ne semblez pas vous y intéresser beaucoup !
    c’est cependant dans les parties les plus en aval des cour d’eau que les pollutions sont le plus concentrées

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.