Actions du Collectif: petit bilan et perspectives

Voici un petit point sur les actions du Collectif SOS LRC depuis sa création en 2010 lors du 1er rassemblement d’Ornans suite aux mortalités piscicoles massives sur cette rivière.
Pour mesurer le chemin parcouru, il faut se souvenir que  le Collectif SOS-LRC a été crée de toutes pièces en 2010 à l’initiative de quelques militants passionnés.

Initialement la réalité même de la dégradation des rivières était niée par les autorités, tout était en bon état écologique! Il en fut de même pour les pollutions où la conjonction de mauvais astres fut invoquée pour expliquer les rivières malades et ne pas affronter les problèmes!

Le chemin parcouru (reconnaissance des pollutions et réflexions pour des solutions) est donc déjà immense, à la hauteur des efforts déployés. Désormais il faut s’attaquer réellement aux sources de pollution et nous nous devons d’obtenir de vraies mesures à même de changer la donne pour nos rivières. Car on peut déplorer beaucoup d’études et d’incantations, quelques bonnes intentions ou initiatives mais, chez nos décideurs, trop peu d’actes fondateurs d’un vrai changement c’est pour ça que notre combat continue pour convertir la prise de conscience en actions. Des frémissements chez les décideurs et une prise de conscience collective nous montrent que c’est possible si nous maintenons la pression et défendons nos propositions.


Les principales actions du Collectif

  1. Recours Juridiques : Le Collectif a participé et rédigé 2 recours juridiques au niveau européen concernant le non respect de la DCE par la France sur la Loue et concernant la protection de l’apron, poisson endémique protégé par la convention de Berne et en grand danger. Ces 2 recours réalisés dans les suites des pollutions et mortalités piscicoles massives de 2010, ont obligé les pouvoirs publics à reconnaître l’état alarmant des rivières comtoises et à engager une réflexion sur le sujet.
  2. Etudes scientifiques: Le Collectif a réalisé, en plus de sa veille scientifique, des études scientifiques sur les flux de polluants, azote et phosphore notamment. Ces études ont obligé les pouvoirs publics à admettre qu’il y avait bien un excédent de polluants organiques dans nos rivières et donc une nécessité de les diminuer…
  3. Rassemblements citoyens: Le Collectif a organisé ou participé à des rassemblements en faveur des rivières comtoises à Ornans, Goumois, Jeurre et Saint Hyppolite. Le succès de ces manifestations fut l’occasion de médiatiser les pollutions de nos rivières, de mieux expliquer les problématiques actuelles grâce à des conférences et de maintenir la pression sur les décideurs politiques. C’est aussi le but des journées de sensibilisation telles que celles de Saint Hyppolite à destination des élus et traîtant de l’épuration des eaux usées.
  4. Propositions: En 2014 le Collectif a édité 74 propositions concernant tous les domaines pouvant affecter les rivières. Ces propositions avaient été, entre autres, relayées par le sénateur Martial Bourquin auprès de Madame La Ministre Ségolène Royal. Ces propositions, pour certaines évolutives, restent un fil conducteur pour se traduire enfin en faits.
  5. Nomination d’un expert d’état: Suite à son interpellation par Mr Bourquin et le Collectif, Madame Royal, sensibilisée par l’état alarmant de nos rivières et les 74 propositions du Collectif, a nommé un expert du CGEDD pour faire le point sur la situation. Cet expert, Monsieur Vindimian, a depuis rédigé un 1er rapport et fait office de moteur pour la reconquête du bon état écologique de nos rivières. C’est un tournant dans la gouvernance de la gestion des pollutions.
  6. Partenariat avec différentes ONG dont l’ONG suisse ProNatura avec une mutualisation des compétences transfrontalières. Soutien de France Nature Environnement et du WWF.
  7. Recensement de tous les points noirs, source de pollution domestique notamment, sur le bassin versant du Dessoubre. Ce travail colossal a donné lieu à un rapport non conteste qui sert de base de travail à tous les acteurs de la vallée pour remédier aux innombrables et parfois grossières pollutions. Le même travail (de fourmi…) est en cours sur la rivière le Gland. Ce type de travail a été indispensable pour démontrer que ce qu’on nous montrait comme aux normes était trop souvent défaillant. Et résoudre au cas par cas les sources de pollution.
  8. Reconnaîssance du Collectif SOS LRC: tout ce travail a permis la reconnaîssance du Collectif SOS LRC. Elle est indispensable pour obtenir des résultats, et se fait désormais au niveau
    • politique: le Collectif est devenu un interlocuteur indispensable des différents responsables politiques et administratifs en matière de protection des rivières comtoises. Cette place institutionnelle, même si elle prend beaucoup de temps et d’énergie, permet de relayer au plus près des décideurs les problématiques et solutions potentielles. Le Collectif participe ainsi officiellement et activement au travail initié par Monsieur Vindimian notamment (Pour exemple: lien).
    • scientifique: les contributions du Collectif sont reconnues et écoutées lors des travaux sur les causes des pollutions et sur les solutions à y apporter. C’est le garant de notre sérieux dans nos prises de position.
    • médiatique: les positions du Collectif et les problèmes rencontrés par nos rivières sont fréquemment relayés par les médias. Preuve d’un intérêt du public pour la question. Cela permet de sensibiliser les citoyens et d’éviter que ce sujet comtois majeur ne soit oublié par nos décideurs.
    • le collectif a remporté le prix Charles Ritz et le prix de l’IGFA (lien) pour ses actions en faveur des rivières.

Actuellement le Collectif milite activement pour:

  • un diagnostic et une refonte complète des réseaux et stations d’épuration (une grande partie des eaux usées n’arrivent même pas aux stations d’épuration qui sont elles-mêmes loin d’être toujours fonctionnelles…). Là encore il faut lutter contre ceux pour qui tout va bien. C’est un état d’esprit qui est en train de changer: le but ne doit plus être d’avoir une station d’épuration aux normes mais d’avoir des rejets adaptés aux milieux aquatiques qui les reçoivent! C’est une reflexion globale: les réseaux et déversoirs d’orages doivent être pensesen conditions réelles, les stations adaptés aux types de rejets (notamment les toxiques), les rejets ne doivent pas se faire directement dans le milieu… Notre travail d’investigation dans des sites où les pratiques d’épuration ont changé les rivières nous permet d’être moteur dans la reflexion générale.
  • des modifications de pratiques agricoles: Aller vers une dèsintensification des pratiques actuelles notamment en zone AOP: sans baisse de production il sera difficile de diminuer la part agricole dans les pollutions. Cette baisse doit être accompagné évidemment d’une valorisation financière de la production, d’une valorisation médiatique du travail des agriculteurs et de changements de modes de production ( trouver un nouvel équilibre dans l’alimentation et le choix du bétail notamment). Ce doit être un projet commun à toute une profession et toute une région. Les pistes envisagées par le Collectif sont viables, l’écoute de plus en plus large qu’elles recueillent le prouve!
  • obtenir de nouveaux indicateurs du bon état écologique des rivières: les indicateurs actuels ne sont en rien le reflet du bon état. Pour exemple, la présence d’un ou de mille insectes sur un echantillon vaut la même évaluation!

Nous vous reparlerons de ces 3 points dans un avenir proche! Des actions de sensibilisation sont aussi prévues en parallèle.

En tout cas il s’agit cette fois d’obtenir des avancées concrètes. Le travail est long, incertain! mais passionnant et indispensable pour nos rivières.

Vous pouvez nous aider à y parvenir (bénévolat, dons…)

Gustave Courbet, La grotte Sarrazine, 1864, huile, 46 x 55 cm

Ognon-Chenevrey et Morogne-01

Nos rivières le méritent!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.