Le Doubs à Besançon : une trainée marron visible du ciel

Suite à notre article du 5 juin dernier sur le rejet de Chalezeule, un internaute nous contacte et nous annonce, photos à l’appui :

« C’est pareil entre le restaurant La Malate et le barrage, en deux points distincts. Dès que les égouts de Morre saturent, ils rejettent tout… »

Témoignage d’une sentinelle du Collectif SOS LRC

Photos d’Août 2019

La Malate

L’internaute nous affirme que ce rejet est très fréquent. Nous nous rendons alors sur Geoportail. Une trainée marron qui s’écoule dans le Doubs est visible sur les images satellites comme vous pouvez le constater ci-dessous.

Que ce rejet coule toujours, c’est normal puisqu’il s’agit de la sortie du Ruisseau du Pré de Vaux. Ce qui est plus embêtant est sa couleur qui signifie potentiellement que le ruisseau est chargé des eaux de rejets d’une (ou plusieurs) station(s) d’épuration qui sembleraient alors peu efficaces.

La lecture du PLU (Plan Local d’Urbanisme) de Morre est intéressante sur ce sujet. En effet, il y est clair que la commune est au courant de ces problèmes généraux concernant l’assainissement et espère y trouver une solution, afin notamment de permettre de nouvelles constructions.

Comment le rejet de ce ruisseau peut-il être aussi foncé et visible depuis le ciel ? Il y a certainement plusieurs explications mais penchons-nous tout de même sur les eaux usées.

Que deviennent les eaux usées de Morre ?

Un article de l’Est Républicain daté du 23 juillet 2016 nous apprend que « Les eaux usées de Morre et Montfaucon se déverseront sur la station d’épuration de Besançon. » Christophe Lime, adjoint à la mairie de Besançon y explique que « Ces travaux se font dans le cadre de la protection du milieu naturel. »

Un deuxième point de rejet

Mais ce n’est pas le seul rejet dont nous a fait part notre sentinelle. En effet, elle indique bien, dans son message, avoir aperçu des rejets en 2 points distincts. Voici ci-dessous le 2ème point. La couleur en est là aussi très suspecte.

Une prise en charge prévue à l’automne 2019

Suite à la pollution visible à l’été 2019, le Grand Besançon avait répondu, dans cet article de l’Est Républicain en date du 9 septembre 2019 Malate : « On savait que les pompes étaient sous-dimensionnées », que le remplacement des pompes était prévu pour l’automne 2019.

Nous aimerions avoir la confirmation que ces travaux ont bien été réalisés et savoir si les 2 rejets présentés ci-dessus ne présentent plus de pollution.

Ensemble, prenons soin du Doubs !


Puisque vous êtes ici…, le collectif SOS Loue et Rivières Comtoises a besoin de moyens pour pouvoir réaliser ses actions et pour vous tenir informés.  Cliquez ici pour nous SOUTENIR — cela ne prend qu’une minuteOn a besoin de vous ! Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.